Les coquillages de cauris, originaires des îles  Maldives et servant de monnaie à travers   l’Afrique de l’Ouest, ont été souvent utilisés pour créer des motifs décoratifs sur des récipients en céramique.Le Musée d’Histoire de OuidahLes coquillages de cauris, originaires des îles  Maldives et servant de monnaie à travers   l’Afrique de l’Ouest, ont été souvent utilisés pour créer des motifs décoratifs sur des récipients en céramique.Les coquillages de cauris, originaires des îles  Maldives et servant de monnaie à travers   l’Afrique de l’Ouest, ont été souvent utilisés pour créer des motifs décoratifs sur des récipients en céramique.Les coquillages de cauris, originaires des îles  Maldives et servant de monnaie à travers   l’Afrique de l’Ouest, ont été souvent utilisés pour créer des motifs décoratifs sur des récipients en céramique.
ACCUEILEnglish Site Contactez-nous

Le python « sacré » : le royaume du Dahomey a importé le culte de python du royaume des Xwéda, et la vénération du python continue à Ouidah jusqu’à nos jours.
Le Musée
Les Thèmes
Histoire de Ouidah
Visiter le Musée
Des Resources
Visiter Ouidah

Établie sous le Royaume de Xwéda, la ville de Ouidah (connue autrefois sous le nom de Gléhué) est devenue célèbre à l'époque du commerce des esclaves. Aujourd'hui, cette ville historique tranquille offre aux visiteurs une vue exceptionnelle des vestiges du commerce négrier tout en mettant en valeur sa position du haut lieu du Vaudou.

Les Attractions

La Route des Esclaves

Statuette de la déesse « Mamiwata », retrouvée sur la route des esclaves menant de Ouidah jusqu’à la plage.
Statuette de Mamiwata,
au bord de la
Route des
Esclaves
 

La distance de 4 km entre le Musée d'Histoire de Ouidah et la plage constitue probablement la route originale qu'empruntaient des milliers d'esclaves avant d'être embarqués dans les bateaux qui les emmenaient vers le Nouveau Monde. Le long de la route se trouvent de larges statues en béton représentant des symboles vaudou. Parmi les arrêts le plus importants le long de la route on trouvera La Place aux Enchères, l'endroit où les marchands, venant des puissances européennes de l'époque, selectionnaient et achetaient les esclaves destinés à la revente au Nouveau Monde. Les enchères avaient lieu sur la place de Chacha devant la maisson de Francisco de Souza. Les esclaves étaient marqués au fer, en fonction de l'empreinte de l'acheteur, sous l'Arbre de l'Oubli . Le nom de l'endroit, pourtant, vient du rituel au cours duquel les esclaves tournaient autour de l'arbre afin d'oublier leur patrie. Les hommes tournaient autour de l'arbre 9 fois, les femmes – 7 fois.

Le roi du Dahomey, Agadja, a planté l'Arbre du Retour sur la grande place de Zoungbodji, marquant ainsi le point des derniers adieux. En tournant trois fois autour de l'arbre les esclaves pouvaient être sûrs que, après la mort, leurs esprits seraient de retour dans le pays natal.

Mémorial du Souvenir à Ouidah, érigé sur le site de la fosse commune des esclaves morts avant l’embarquement sur les bateaux négriers.
Mémorial du
Souvenir
 

La Case Zomaï était une baraque obscure et exiguë où l'on gardait les esclaves avant leur départ, le sens du mot zomaï étant « là où la lumière n'entre point ». C'est là que les esclaves étaient censés s'habituer aux conditions qu'ils allaient affronter sur les bateaux négriers.

Aussi connu sous le nom du Mur des Lamentations, le Mémorial du Souvenir a six mètres de haut et les images qu'il présente racontent l'histoire de l'esclavage au Bénin. Le mur a été érigé à l'endroit d'une fosse commune où l'on enterrait les esclaves morts avant de quitter l'Afrique.

Zougnbodji était le premier poste de douane où l'on contrôlait l'acheminement des esclaves ; c'était là aussi où les esclaves voyaient le sol africain pour la dernière fois.

À partir de la plage de Ouidah , les esclaves étaient embarqués sur les canots et, ensuite, sur les larges vaisseaux négrier. Sur la plage se dresse un monument remarquable, érigé par l'UNESCO à la mémoire des Africains ayant quitté leur patrie à partir de cet endroit, connu sous le nom de la Porte du Non Retour .

Le Temple des Pythons

Temple du Python à Ouidah.
Temple du
Python
 

Le dieu-serpent Dangbé était révéré dans la zone de Ouidah depuis des siècles. Or ses « ancêtres », d'authentiques pythons, sont toujours protégés et honorés dans le Temple des Pythons. Le temple, qui accueille des dizaines de pythons sacrés, est maintenu par des prêtres de Dangbé. Le billet d'entrée est de 1 000 F CFA, mais une petite donation supplémentaire donne au visiteur le droit de se faire photographier avec un python autour du cou. Le temple (situé en face de la Basilique de Ouidah) est ouvert tous les jours.

 

La Maison du Brésil

Connu également sous le nom de Casa do Brazil, le musée expose des objets relatifs à la culture voudou et à la diaspora africaine.

L'ancienne résidence du gouverneur du Brésil, la maison est situé près de la prison civile. Billet d'entrée : 1 000 F CFA.

La Forêt Sacrée de Kpassè Zoun

Entrée de la Fôret Sacrée de Kpassè Zoun.
Entrée de la Forêt Sacrée
 

La forêt est dominée par de vieux arbres énormes, accompagnés de sculptures en bois représentant des déités vaudou. Selon la légende, un fameux iroko pousse à l'endroit où le roi Kpassè, fondateur de Ouidah, se transforma en arbre pour echapper à ses ennemis.

 

 

 

Hébergement et Repas

Casa del Papa (complexe hôtelier)
Situé sur la plage à quelques kilomètres à l'ouest de la Porte du Non Retour
Tél. 22-49-21-01
Chambres avec salles de bains (eau chaude), climatisées, téléphone.
Piscine, tennis, plage privée.
Restaurant sert la cuisine locale et internationale.

Hôtel Gbéna
Situé le long de la route nationale Cotonou-Lomé.
Tél. 21-34-12-15 ou 21-34-12-03
Chambres avec salles de bains, radio, téléphone ; climatisées ou avec ventilateur
Restaurant sert la cuisine locale et internationale.

Le Jardin Brésilien Auberge de la Diaspora
Situé sur la plage près de la Porte du Non Retour
Tél. 21-34-11-10
Chambres avec salles de bains et ventilateurs.
Restaurant sert la cuisine locale et internationale.

Hôtel Oasis
Situé à 300 m du Musée d'Histoire de Ouidah en direction du Temple des Pythons.
Tél. 21-34-10-91
Chambres climatisées avec salles de bains, téléphone, radio, TV.
Restaurant sert la cuisine locale et internationale.

Oriki Maquis Hôtel 
Situé derrière la Sous-Préfecture
Tél. 21-34-10-04
Chambres climatisées ou avec ventilateur, salles de bains.
Bar et Restaurant.

Le bouclier décorant l’entrée de l’ancien Fort Portugais, actuellement le Musée d’Histoire de Ouidah.
Un motif décoratif typique sur des objets céramiques au royaume des Xwéda.Un motif décoratif typique sur des objets céramiques au royaume des Xwéda.