Les coquillages de cauris, originaires des îles  Maldives et servant de monnaie à travers   l’Afrique de l’Ouest, ont été souvent utilisés pour créer des motifs décoratifs sur des récipients en céramique.Le Musée d’Histoire de OuidahLes coquillages de cauris, originaires des îles  Maldives et servant de monnaie à travers   l’Afrique de l’Ouest, ont été souvent utilisés pour créer des motifs décoratifs sur des récipients en céramique.Les coquillages de cauris, originaires des îles  Maldives et servant de monnaie à travers   l’Afrique de l’Ouest, ont été souvent utilisés pour créer des motifs décoratifs sur des récipients en céramique.Les coquillages de cauris, originaires des îles  Maldives et servant de monnaie à travers   l’Afrique de l’Ouest, ont été souvent utilisés pour créer des motifs décoratifs sur des récipients en céramique.
ACCUEILEnglish Site Contactez-nous

Le python « sacré » : le royaume du Dahomey a importé le culte de python du royaume des Xwéda, et la vénération du python continue à Ouidah jusqu’à nos jours.
Les Thèmes
Fort Portugais
  Royaume des Xwéda
  Le Dahomey
  Commerce des Esclaves
 
  Bénin et la Diaspora
Histoire de Ouidah
Visiter le Musée
Visiter Ouidah
Des Resources
Le Vodun
« Bochio » : un objet possédant des pouvoirs (d’habitude une statuette en bois), utilisé par des adeptes du Vodun  afin de négocier avec les divinités de ce culte.
Bochio
 

La Côte des Esclaves est le berceau du Voodoo, ou du Vodun, nom sous lequel le culte est connu au Bénin. Les mêmes nombreuses pratiques ainsi que des objets à signification religieuse retrouvés il y a des centaines d'années peuvent toujours être découverts au Bénin aujourd'hui. Quoique les croyances chrétiennes et musulmanes aient largement remplacé le Vodun dans les centres urbains béninois, ce dernier continue à s'infiltrer dans la culture.

Les adeptes du Vodun (Vodunsi) reconnaissent, en dehors des esprits des défunts, de nombreuses divinités indépendantes. On s'en remet aux Vodunsi afin qu'ils approchent les déités et les esprits et obtiennent la naissance des bébés et prévention des maladies, aident à amasser une fortune, vaincre les ennemies et mériter la grâce des dieux et le paradis après la mort. Parmi ces dieux, plusieurs sont représentés par les phénomènes naturels : mer, soleil, lune, feu, arbres et une maladie - la variole. La vénération du dieu-serpent Dan (Dangbé), dont les ancêtres furent des pythons, est particulièrement répandue à Ouidah, comme elle l'était dans l'ancien royaume de Xwéda.

Planche Divinatoire, employée en combinaison avec d’autres objet tels que coquillages ou larges grains pour prédire l’avenir.
Planche devinatoire
 

Les divinités différentes possèdent  des prêtres nommés, requièrent des objets de culte spécifiques et des pratiques religieuses auxquelles les fidèles doivent se soumettre. Des cérémonies, qui ont souvent lieu en fonction des saisons, impliquent habituellement le port des costumes et la décoration du corps, les danses, les chants, le jeu des instruments tels que clochettes et tambours. Le Musée d'Histoire de Ouidah aborde le thème du Vodun d'aujourd'hui et par le passé en présentant les objets découverts à la suite des fouilles archéologiques, ceux utilisés pendant les pratiques de vénération des dieux et des ancêtres ainsi que des images des cérémonies sacrées.

La science divinatoire est pratiquée au Bénin en même temps que le Vodun. Ceux qui désirent connaître l'avenir ou découvrir la vérité peuvent s'adresser aux praticiens de la divination qui utilisent des instruments et méthodes traditionels pour satisfaire l'interessé. La présentation d'un grand nombre de ces instruments permet au musée de faire la lumière sur les traditions religieuses de la zone.

Le bouclier décorant l’entrée de l’ancien Fort Portugais, actuellement le Musée d’Histoire de Ouidah.
Un motif décoratif typique sur des objets céramiques au royaume des Xwéda.Un motif décoratif typique sur des objets céramiques au royaume des Xwéda.